Conseils pour passer le contrôle technique en toute sérénité

Instauré en 1992, le contrôle technique vise à garantir la sécurité routière en assainissant le parc automobile. Il s’agit d’un examen périodique qui concerne tous les véhicules de moins de 3,5 tonnes. Du fait de ses conséquences parfois lourdes, le contrôle technique est souvent redouté par les automobilistes. Pourtant, en prenant quelques précautions, il est possible de mieux appréhender le contrôle technique pour qu’il ne devienne qu’une simple formalité.

controle-technique-voiture

Contrôle technique : pour qui ? quand ?

Quel que soit le modèle de voiture que vous conduisez, à partir du moment où votre véhicule fait moins de 3,5 tonnes, vous avez l’obligation de passer le contrôle technique. Cela concerne donc :

  • Les voitures particulières ;
  • Les véhicules utilitaires ou de société (qui doivent également passer un contrôle anti-pollution) ;
  • Les camionnettes et les camping-cars.

Dans le cas d’une voiture neuve, le premier contrôle technique doit avoir lieu dans les 6 mois qui précèdent son quatrième anniversaire.

À partir de ce premier contrôle technique, un nouveau doit être réalisé tous les deux ans. À savoir également que si vous souhaitez vendre votre voiture, vous devez avoir passé un contrôle technique au cours des 6 derniers mois.

Déroulement du contrôle technique

Depuis le 20 mai 2018, avec l’arrêté du 2 mars 2017, le contrôle technique a évolué pour s’aligner sur le modèle européen. Aujourd’hui, c’est donc 133 points de contrôles qui sont surveillés, répartis en plusieurs catégories :

  • Identification du véhicule : plaques d’immatriculation, état de présentation du véhicule… ;
  • Equipements de freinage : plaquettes de freins, liquide de frein, performances du frein… ;
  • Direction : état du volant, jeu de la direction, direction assistée… ;
  • Visibilité : état des vitres, essuie-glace, lave-glace… ;
  • Feux, dispositifs réfléchissants et équipements électroniques : phares, éclairage de la plaque d’immatriculation, plaques réfléchissantes… ;
  • Essieux, roues, pneus, suspension : jantes, pneumatiques, amortisseurs… ;
  • Châssis et accessoires du châssis : état général, pare-chocs, plancher… ;
  • Autre matériel : compteur kilométrique, triangle de signalisation, airbag… ;
  • Nuisances : émissions gazeuses, système de réduction du bruit…

Les défaillances possibles, au nombre de 610, sont elles aussi classées en plusieurs catégories :

  • Défaillances mineures (139) : ce type de défaillance ne présentant aucun danger pour la sécurité ou pour l’environnement, elles n’empêchent pas d’obtenir un résultat favorable au contrôle technique ;
  • Défaillances majeures (342) : elles présentent un risque, soit pour le véhicule, soit pour l’environnement, soit pour les autres et mènent à un résultat défavorable, qui oblige le conducteur à faire une contre-visite dans un délai de 2 mois ;
  • Défaillances critiques (129) : comme leur nom l’indique, ces défaillances présentent un danger direct et immédiat. Non seulement le résultat du contrôle technique est défavorable, mais le véhicule est immobilisé jusqu’à la validation d’une contre-visite, dans un délai de 2 mois.

Si votre véhicule présente des défaillances majeures ou critiques, vous devrez donc le faire réparer dans un centre auto à Strasbourg ou près de chez vous avant de passer la contre-visite.

Conseils pour réussir son contrôle technique

Pour mettre toutes les chances de votre côté lors de votre prochain contrôle technique et éviter de devoir faire une contre-visite, pensez à entretenir votre voiture régulièrement. Il y a certains points que vous pouvez contrôler directement par vous-même :

  • Pneus : état d’usure, pression ;
  • Eclairage : bon fonctionnement des feux et des clignotants ;
  • Carrosserie : bonne ouverture/fermeture des portes, du coffre, du capot… ;
  • Immatriculation : bonne fixation, éclairage fonctionnel ;
  • Visibilité : vitres propres, sans éclats, balais d’essuie-glace en bon état ;
  • Etc.

Parmi les problèmes qui mènent le plus souvent à une contre-visite, la pollution figure en bonne place dans le classement. Il est possible d’acheter des produits de décrassage à verser dans le réservoir, mais leur utilisation doit se faire bien en amont du contrôle technique (au moins un plein pour que le produit fasse effet).

Dans tous les cas, en entretenant votre véhicule de façon régulière, vous écarterez facilement les risques de devoir passer une contre-visite.

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires sont en Dofollow, mais seuls les liens pointant vers des sites de thématiques similaires ou complémentaires sont acceptés

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise KeywordLuv en DoFollow. Entrez VotreNom@VotreMotClé dans le champ nom pour créer un lien avec une ancre optimisée vers votre site.

Post Navigation